Rechercher

Le collectif NINA Lyon vous invite au débat qu’il organise jeudi 29 novembre avec Antoine Costa autour du livre "La Nature comme marchandise" (Ed. Monde à l’envers).

Comment la Norvège a-t-elle prévu de devenir "neutre en carbone" sur son territoire en 2030 tout en contribuant à la pollution planétaire du fait de son industrie pétrolière et gazière ? 

- Eh bien c’est grâce aux multiples COP ( CDP en français Conférence Des Parties qui regroupe actuellement 196 pays) qui prônent à terme la "neutralité carbone". Or contrairement à ce que l’on croit il ne s’agit pas forcément de réduire les émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) qui continueront à augmenter, mais de "compenser" ces émissions grâce aux marchés financiers du Carbone, en obtenant des "crédits carbone" en achetant des forêts et ds domaines agricoles en Amazonie et en Afrique qui sont de fait des "permis à polluer." Dans cette situation, le Brésil choisira-t-il de conserver ses forêts ou de déforester, en fonction de la hausse ou de la baisse des cours mondiaux du soja et du Carbone ? 

Par quel miracle, la "valeur des services écosystémiques" rendus par les abeilles est-elle évaluée à 143,3 milliards d’€ et celle d’un castor à 108 500 € ?

- Grâce au chiffrage, à la monétarisation et à la financiarisation du vivant par les économistes et autres "écologistes de marché" qui ont réussi à transformer ce qui était hors du système marchand en produits spéculatifs.

Par quels mécanismes, la protection de la nature est-elle devenue un droit à polluer, à bétonner, à détruire partout et en toute légalité par exemple à NDDL et Roybon ?

- Malgré le triptyque trompeur « Éviter, Réduire, Compenser » de l’écologie gestionnaire, les deux premiers préceptes (éviter réduire) sont quasi systématiquement « oubliés » dans tous les projets au profit (sans jeu de mots) de la « compensation ». la loi légalise de fait le « droit à détruire » la nature en usant et abusant de la (soi-disant) « compensation écologique » qui est un vaste jeu de dupes dont nous sommes, avec l’ensemble du vivant, les pigeons.

La crise écologique et climatique actuelle pourrait-elle être une « formidable opportunité » économique et financière ? 

- Nous vivons dans un monde où le capitalisme prétend apporter des palliatifs technologiques et financiers à l’empoisonnement généralisé qu’il génère (eau, air, sols, milieux, vivant, santé, reproduction, alimentation …) au profit de quelques-uns. À quel « prix » pour le reste de l’humanité et le vivant ?

Contre les fausses solutions qui ne sont qu’une fuite en avant au profit de la finance et des empoisonneurs, luttons pied à pied partout où nous vivons, en dépit des lois pernicieuses et des mensonges sous toutes les formes qui se présentent : manifestations, occupations, assemblées générales, réalisations concrètes... 

Nous vous invitons à venir nombreuses et nombreux, débattre avec Antoine Costa, jeudi 29 novembre à partir de 19 h à l’Atelier des Canulars, 91 rue Montesquieu, 69007 Lyon.  Bar, petite restauration et table de presse sur place.

Le livre "La nature comme marchandise" est constitué de textes d’A. Costa et d’entretiens avec Ch. Bonneuil, R. Keucheyan, V. Maris et A. L. Sablé (chercheurs), A. Kachi (Carbon Market Watch), S. Angerand (Amis de la Terre), les décompenseurs en lutte (NDDL) et bien d’autres.

NINA Lyon nina-lyon@riseup.net

  • gabul9

Communiqué de la ZAd de Roybon suite à la perquisition et aux arrestations sur cette ZAD le 6 juin

6 juin : Opération policière à Roybon



Suite à des plaintes déposées pour agression le matin du 6 juin, les chtarrboeufs ont monté en toute urgence une opération visant à retrouver les présumés coupables sur la zad de Roybon (« enquête de flagrance pour faits de violence aggravée »).

Plus d’une centaine de gens d’armes et un hélicoptère sont arrivés autour de 16 h pour réaliser des arrestations et des perquisitions. 3 personnes ont été embarquées et une d’entre elles n’est toujours pas libérée (nous essayons de savoir ce qui se passe pour elle). Les deux autres ont été relâché-es. Les perquisitions ont visé la maison de la Marquise, la barricade Nord et la barricade Sud, en même temps. Plusieurs brigades étaient présentes : gendarmes et gendarmes mobiles, psig, brigade de recherche (plus l’hélicoptère !), etc. Ils se sont retirés en début de soirée.


Une réaction au service des bétonneurs et des fachos du coin

La réactivité des gendarmes face aux agressions qu’auraient infligées des occupants de la Zad à deux Roybonnais apparait exceptionnellement importante et rapide. Seules quelques heures auront suffi aux gendarmes pour préparer une opération d’envergure sur la ZAD de Roybon pour arrêter une seule personne que l’une des deux victimes aurait reconnue sous la cagoule que portaient ses agresseurs.


Police partout, sécurité nulle part

Jusque-là aucun autre délit ou crime n’aura suscité à Roybon un tel déploiement de gendarmes. Depuis plus de 3 ans et demi d’occupation du chantier de construction du Center Parcs — chantier qui n’a plus les autorisations préfectorales — les occupants de la Zad ont essuyé 5 incendies criminels dont le dernier a coûté la vie à un chien qui a brulé vif dans le véhicule que les agresseurs — quelques nervis débiles et fascisants des environs — ont incendié volontairement, le propriétaire ayant échappé miraculeusement à leur assaut. Une lettre ouverte écrite par des habitants de Roybon devait être distribuée prochainement aux Roybonnais pour les interpeller sur les violences et les incendies que les opposants au Center Parcs occupant le bois des Avenières ont subis depuis plusieurs années.


Criminaliser la lutte de la ZAD

L’importante opération de gendarmerie de mercredi 6 juin qui a duré plus de trois heures, n’avait pas pour seul but d’arrêter le présumé agresseur. Il s’agissait bien plus de criminaliser l’ensemble des occupants et de formater à nouveau l’opinion publique en vue probablement de la prochaine évacuation. Les gendarmes sont intervenus dans la forêt et la maison forestière occupées, sous couvert de ces agressions, pour la première fois depuis le début de l’occupation. Ils ont perquisitionné tous les lieux habités et contrôlé toutes les identités des occupants. Ils ont également photographié la zone…


Solidarité encore et toujours

L’évacuation parait être la prochaine étape ; une évacuation désormais légitime aux yeux d’une opinion publique qu’on vient de préparer. N’hésitez pas à venir sur place dans les semaines qui viennent, apporter votre soutien. Plus d’infos sur le site de la ZAD




Elle sera accueillie toute la journée du mercredi 25 avril à l’atelier du Chat Perché dans le 7e, avant de clore la Grande Tournée par la fête finale des samedi 28 et dimanche 29 avril sur la ZAD de Roybon. Au programme à partir de 15h : activités ludiques / Repas de soutien / théâtre / Musique.


Programme :

 15 h-17 h : Activités ludiques : badgeuse, sérigraphie et plus
 19 h-20 h 30 : Repas de soutien (végétarien et végétalien) et prises de parole
 20 h 30-22 h :Théâtre « Pisser dans l’herbe… » à partir des lettres de prison de Christine, bergère emprisonnée .

Camille, bergère en prison, refuse de se soumettre aux abus de l’administration pénitentiaire. Écrite en collaboration avec Christine Ribailly, une bergère détenue pendant 4 ans, la pièce est composée de lettres de Philippe Lalouel, Émilie D. et du livre « Pourquoi faudrait-il punir ? » de Catherine Baker. La pièce dresse un tableau qui interroge la justice, l’administration pénitentiaire et les modes répressifs préconisés depuis toujours.

Au chapeau


 Musiques à partir de 22 h : KOMA MAZLUMAN (musique kurde) et groupe surprise

Où ça ? Atelier du Chat Perché 29 rue Salomon Reinach 69007 Lyon

Venez-y nombreux et nombreuses


Contact Lyon : nina-lyon (at) riseup.net / Plus d’infos sur : nina-lyon.tk


Et n’oubliez pas : samedi 28 et dimanche 29 tous et toutes sur la ZAD de Roybon !


La grande tournée contre la marchandisation et la touristification du monde, késako ?

Elle est organisée par la Coordination Center Parcs : Ni Ici, Ni Ailleurs !, avec le soutien de différents collectifs, associations, lieux d’accueil et de lutte. Du 8 au 29 avril 2018 elle relie les 3 sites convoités par Pierre et Vacances en passant pas villes, villages et lieux. Au menu : débats, présentation de la lutte contre les Center Parcs, concerts, théâtre, librairie, infokiosque-automédia, projections, lectures, cafés-forêts, cuisine…

Les étapes sur les sites convoités par Pierre et Vacances auront lieu les week ends (Poligny les 14-15/04, Le Rousset les 21-22/04, Roybon les 28-29/04). Au menu : profiter du printemps, organiser des balades naturalistes, des ateliers de construction de cabane, des jeux, des parcours d’orientation…et faire la fête.


Au plaisir de vous y retrouver !

La NINA


Le récit audio palpitant de la première semaine de la tournée est à écouter ICI et on vous rappelle que Radio Canut diffuse les émissions de la caravane NINA contre les projets de center-parcs

Plus d’infos sur NinaCrevelaBulle